Embrasement

2017-29-1-03-20-57

Illustration par Mary qui vous réalise vos modèles à demande

site: https://lavalisedecalibre.com/

Embrasement

*

Dans la peine à l’embrassement…

Quand la flamme née d’un égard

Vers plus d’inclinaison s’égare…

Aux portes de l’embrasement…

*

Lorsque l’étincelle couvée

Comme un bois vert part en fumée,

Brasille avant de flamboyer

Dans les craquements du brasier…

*

Mon amour ainsi révélé

Grandit, vit, brûle… demain mourra…

Mais pas sans s’être consumé

Entier au feu de Moïra !…

*

Le voilà chaud, encore empreint

De mon regard et de mes mains…

Tout ce qu’il te murmurera…

Qu’un jour béni… tu me rendras…

*

Pat le 27/01/17

Publicités

Instrumentaliste

instrumentiste1

Illustration par Mary. Retrouvez ses compositions sur son site: https://lavalisedecalibre.com/a-propo-widgets-amazon-fr/

Instrumentaliste

*

Quand s’élèvent les voix de l’instrumentaliste…

Qui se joue bien de toi., de ta corde sensible…

Sortir de ce karma tous les accords possibles,

Si ce n’est pas la joie…les préludes de Liszt ?

*

Pour caresser l’oreille, déboucher les méats…

Sur tout le brouhaha des notes impassibles,

Même de l’appareil scellé par l’inaudible !

Fredonner les la là justes du tralala ?

*

Mais musiciens de choix !… ensemble concertistes !

Lorsqu’ils n’ont plus le cœur aux plaisirs égoïstes

De jouer sans les bras… de leur instrument triste…

Recomposent des chœurs enjoués d’instrumentistes…

*

Pat le 26/01/17

et pour le plaisir des oreilles:

Masculignes

vote

Masculignes

*

Ce Dimanche j’irai, en fonction… des ébats,

Voter, évidement ! j’exercerai mon choix !

Plus que mon droit pour les… « préliminaires des gauches »,

Las de l’iniquité comme de la débauche…

*

Il est bon pour tout homme d’accomplir son devoir,

Mais de quelle façon l’attribut doit se voir ?

Car nous avons, messieurs ! une tête et dix doigts

Pour élever aussi… haut que se peut… nos voix !

*

Qu’importe au résultat qui domine ou qui valse,

Quand demain le vaincu prendra la porte : Vals,

Montebourg sur Pinel… à la fin c’est : payons !

De Rugy, Bennahmias pour un nouveau filon ?

*

Et j’écouterai même les parties féminines…

Qui crient, râlent des mois…encore trop bleues…marinent…

Elle me font de la peine dans un si triste état !

Tout en sachant qu’elle feignent à tous coups leurs émois !

*

Mais peut-être aurons-nous au bout quelques surprises !

Et même du plaisir… à voir enfin finir

La vieille dictature qui nous met à genoux

Et n’offre à nos regards que le vide du trou…

*

Pat le 12/01/17

PS (forcément) : Pardon pour ceux que j’ai oublié…je pense qu’ils ne m’en voudront pas !

L’honnêteté

L’honnêteté

Honnêteté pour netteté,

Transparence tu passes à l’eau !

Quand duplicité et mensonge

Allez à vie gratter, user…

Sans commisération la peau

Fragile d’une foule d’éponges…

Pat le 02/12/16

la-fleur-de-lhonntet-1-1024

la-fleur-de-lhonntet-2-1024

la-fleur-de-lhonntet-3-1024

la-fleur-de-lhonntet-4-1024

Souffle de vie

pegasus-696727_1280

Souffle de vie

*

Dans le temps qu’il nous reste à vivre

Il souffle encore assez de vent

Pour que je l’honore et m’enivre

De ses fresques un peu content…

*

Mais me laisseras-tu le suivre

Ou me supplieras-tu d’écrire,

De respirer le cuir des livres

Aux flux légers de tes soupirs ?

*

Conduisant la main qui délivre…

Vers les lignes pures d’un sein…

Comme se grave dans le cuivre

D’un cœur droit l’amour : au burin.

*

Jusqu’au dernier souffle de vie,

La peau tendue comme une voile,

J’irai ! emporté par celui

Qui me fera dresser le poil.

*

Pat le 03/01/17

REVEURS

Pour bien commencer l’année…ce magnifique poème:

Le monde est dans tes yeux ...

Rêveurs

Pénombre de la vie,
A la lumiere de l’intime,
Rose close à Tous
Pour qu’à toi n’éclore.

Juste un baiser,
De peau à peau.
Une respiration,
De corps à corps.

Abstraction du Moi,
Fusion du Toi.
Ce n’est que Vie,
Cet infini d’envie.

Tes yeux miens
Aux miens tiens
L’un l’autre miroir
Vivre de vouloir.

*** Idéelle ***
(26 janvier 2015)

IMG_2137

View original post

Au corps encore

Heureuse année à tous dans la santé et la création.

Au corps encore

*

Voilà que d’une année

Ton corps encore s’agrandit…

De jours que les efforts

Accrochent au bonheur !

Je t’ai donné le sang,

Tu m’as rendu l’envie…

Je t’ai donné le temps,

Tu m’as soigné, nourri…

Ensemble nous aimons si fort !

Ensemble élargissons l’esprit !

Alors, pour les instants sans rire…

Je voudrais simplement te dire :

Pardon !…mais merci pour la vie !

Signé : ton cœur au corps

Et plus, encore !

*

Pat le 01/01/17

Bon an mal an

Bon an mal an

*

J’aurais voulu souhaiter pour 2017,

Année que l’unité présagerait parfaite,

Dans la bonne santé, réussite complète

A tous émerveillés de notre belle planète….

*

Mais j’ai trouvé le monde assis sur ses défaites…

N’ayant pas, de ce fait, cœur vaillant à la fête,

Dans les affres profondes où se noie l’agapète

Devant ceux qui regrettent des passés obsolètes

*

Nous réclamons de l’eau, plus qu’une larmichette !

Du pain beurré quand tant encore ! n’ont que des miettes !…

A des rongeurs de peaux qui lorgnent le squelette !

L’école pour les enfants, un bon toit sur la tête !

*

A tous les candidats au quinquennat qui souhaitent

Nous faire curer le fond crasseux des oubliettes

Où bientôt descendra le tas de nos requêtes

Pour après l’élection…s’y plaire à faire la quête !

*

Ces clowns en jaquette, experts en galipettes...

Vous roulent dans les draps de leurs gras proxénètes…

Distillent, malhonnêtes, le venin des sornettes,

En conspirant déjà, la main dans la musette!

*

Par les chemins de troupes que suivent satisfaites

(Ou non) à l’aveuglette toutes leurs marionnettes :

Trop de brebis en groupes menées à la baguette

Dans les entourloupettes, manigances secrètes…

*

Ils vous bourrent le mou et vous souillent le net…

Pour que vous redoutiez… d’être comme vous êtes !

Ils vous assomment à coups légers de pichenettes

Dans la légalité qu’eux-mêmes se permettent !

*

Sans compter leurs dépenses… ni d’ailleurs les recettes…

Au nombre des dépouilles usagées qu’ils rejettent,

Pensant tout à leur panse, se bâfrer la galette…

Dont l’excès de bidouille trahit les plus replètes!

*

Mes amis restez sourds à ces tristes prophètes !

Ils causent …des dégâts à votre oreille inquiète !

Mais que seul l’amour s’impose en votre quête !

J’aurais pour votre état… des rêves de poète !

*

Pat le 31/12/2016