Premier baiser

CASALMENINABJINHOCHOFLORES-1

Nous avons tous une fois (forcément) partagé un premier baiser…

Je vous propose, avec moi, (imagé)…de partager pour la seconde fois…le mien…

Premier baiser

Je ne sais pas pourquoi, elle me l’avait offert…

je crois me souvenir qu’elle en aimait un autre…

 Nos cœurs humains parfois… consentent à satisfaire

Des rêves, des soupirs qui ne sont pas les nôtres !

*

Non pour la bagatelle ! Nous n’avions que seize ans !

Et moi peut-être un peu… de retard… en avances !

Lire dans mes yeux pour elle était un jeu d’enfant,

Elle rentra dans le jeu de ma fraîche innocence…

*

Car elle avait compris plus tôt mon sentiment

Qui naissait au regard de sa seule présence…

Quoiqu’il en soit, épris, je la servais, galant,

Cherchant à son égard des mots en récompenses…

*

Elle était menue, blonde, divinement jolie…

Peut-être fatiguée de danser bras tendus…

Un slow comme tout le monde au début de la nuit,

Elle m’avait entraîné plus au loin que prévu…

*

 Serais-je alors tombé le dos dans les orties,

Que je n’eus pas crié, abandonné ce lit

Duvet d’urticacées… et même rien senti

D’autre que ce baiser qui me donnait la Vie…

*

Ce dont je me rappelle de son offrande pure,

C’est de m’être à sa bouche totalement livré

Puis retrouvé, mortel, sous l’arbre (sans piqûres)

Au lieu de cette couche où j’avais succombé…

*

Depuis cette soirée, j’avoue que je lui dois,

Je garde l’insatiable appétit d’embrasser…

Dans le désir d’aimer, m’abandonner aux bras

D’un être inoubliable pour encore le goûter !

Pat le 31/05/16

Publicités

S’évadant

Adam et Eve

S’évadant…

*

Elle a su conserver de l’être

La coiffe et glorieuse tenue…

Légère mais… superficielle…

Qu’il lui a défendu de mettre,

Pour en cacher le contenu !…

Sans sa doublure existentielle…

Peaux de bête sur feuilles champêtres…

Dont il a revêtu les nues…

Juste cousues de son modèle…

Pour avoir voulu tout connaître

Du jardin comme détenue…

A disparu aux yeux du ciel.

*

Pat le 09/05/16

En grève

En grève

Si mon cœur est en grève

Contre la loi « Connerie »

C’est qu’aucun de ses rêves

Ne peut y être écrit…

*

Pat le 28/05/16

Choisir

Je crois qu’au bout du compte, si nous devons être jugés…l’important n’est pas dans le choix, bon ou mauvais que nous aurons faits, dans l’ignorance ou la méprise, avec la conviction qui nous porte et la force qui nous anime… mais plutôt d’en avoir assumé les conséquences avec droiture et courage, parce que même lorsqu’il n’y a pas de bon choix…il reste l’attitude. (Mais je sais…c’est facile à dire…)

claireenfance.fr

photo: claireenfance.fr

Choisir

Quand l’espace vital

Ne fait que se réduire…

S’il faut au bout élire

Sa solution létal…

*

D’un côté la rivière,

De l’autre la falaise…

Pour échapper aux braises

Sauter dans la Vézère ?

*

Se résoudre à choisir

A quoi bien se dissoudre…

Quelles affres, quelles foudres ?

S’il faut pour en finir…

*

Entre le feu et l’eau

Se jeter dans les flammes

Et parjurer son âme ?…

Autant tomber de haut !

*

Pat le 22/05/16

La parole est d’art, gens!

vent qui souffle

La parole est d’art, gens !

*

Un silence ne veut rien dire

Ou ne le peut, muet, dare-dare…

Mieux vaut se taire que se raidir

Et planter dans un cœur son dard !

*

Un silence ne veut rien dire

Mais lorsqu’il dure, il devient… dur

D’imaginer sous l’eau qui dort

L’état (de sa réserve)…d’or !

*

Même à ne plus savoir que dire

Comme dernier mot, à maudire

Est de l’ordre du… suicidaire !

Quelque part…par manque d’art…

*

Appelle en retour standard

La réciproque procédure…

Alors qu’un simple souffle d’air…

Vooouh…suffit à ragaillardir !

*

Pat le 19/05/16

Pat tous les jours…

beef-471776_1280

Pat tous les jours

*

Je n’ai pas tous les jours palabres à tenir

Mais au gré des soufflets, si je suis pris d’un doute…

Le silence en recours, je l’apprécie, l’écoute,

Ce conseiller qui sait au vent me reconduire

*

J’aiguise mes sagaies ; les cailloux que je lance

Contre des rochers sourds aux plaintes et discours,

Et quelques ricochets aux mares alentours,

Retiennent les ressours houleux de ma conscience

*

De ne pas partager l’objet de mes désirs…

Ce que je hais, oppose à tout ce que j’adore…

Les causes dont j’explose et celles que j’explore,

Qu’autrement je ne tais qu’à condition d’écrire…

*

Quand devant les affronts criants de l’injustice

Voyant les gens sauter au fond du précipice

Bien que dans un violon perpétuellement… je pisse

Mes envies de combler le vide des abysses…

*

J’ai peines à pleurer mais je crains de vomir…

De peu me retenir ! A défaut de m’asseoir

Le cul comme un émir, je consens à surseoir

Les fesses nues dessus à venir m’accroupir…

*

Je n’ai pas tous les jours, de ces furies lâchées…

Signe d’air il me faut, pour devenir furieux,

La puissance des flots ou la colère du feu,

Parvenir à mon tour sur la terre à cracher !

*

Car j’ai pour l’âme sœur qui connaît la détresse

Et serre encore les poings face à la perfidie,

Tout fort contre son sein un enfant endormi…

D’autres élans de cœur et d’infinies tendresses

*

Je n’ai pas tous les jours de ces propos coquets

Qui charment les esprits… Trop de crimes commis

Se moquent de l’amour et restent impunis…

Mais dites moi ! sans lui, bon sang ! quel intérêt ?

*

Pat le 17/05/16

Bonheur envisagé

rides

Bonheur envisagé

*

Le visage des aînés est une terre à rides…

Et celui des plus jeunes une terre à boutons…

Quand les fleurs des années jusqu’aux septentrions,

En volées ont volé , suivant l’éphéméride…

*

On se souvient d’avant, les bouquets de l’été,

Nostalgique du temps où l’on creusait profond

Afin d’ensemencer pour la vie les sillons…

Qu’en enneigeant l’hiver resplendit à combler.

*

Pat le 07/05/16

A Yannig

images (5)

Prêt et prêtre

*

Aux âmes impatientes en attente de naître…

Que Dieu les récompense et gratifie de l’être

D’inégalable chance à la vie de paraître

Pour le temps qu’il lui chante…vivement à connaître…

*

A ces âmes en quête se demandant peut-être…

Où trouver sur la terre les meilleures à se mettre

Sous la voûte plantaire des douceurs champêtres,

Dans le creux de la tête des créations du maître…

*

Des rivières de mots et des forêts de lettres !

Expirées de nos mains, noèmes s’en repaître…

Pour qu’ils puissent demain de même les soumettre

In-duodécimo, au large des fenêtres…

*

Avec vue sur la vie à plusieurs kilomètres…

Mais il faut qu’ils soient prêts, toujours jusqu’à promettre…

De parler des secrets d’amour qui se perpètre…

A ces âmes je dis : sésame ! soyez prêtres !

*

Pat le 04/05/16