Concourant

 

                    Je ne pouvais pas finir cette année sans vous parler d’amour!  La meilleure chose que je souhaite à chacun d’entre vous pour 2015… Celui qui nous réunit, nous anime… Sinon comment aurais-je pu, voir sur vos blogs les magnifiques œuvres que vous avez partagées, et moi vous donner le meilleur de moi-même durant cette année? Alors en espérant que cela dure encore longtemps…

Photo Lilou sur frellium. WordPress.com

*

Concourant

*

L’amour a cet élan du cœur

Dont la course n’assure pas

Un saut plus haut ou plus lointain…

Car encore faut-il au vainqueur

Pour être tout à fait complet

Savoir à mesure tomber bien !

Tout mesurer avant de l’être !

Cadencer, viser avec soin…

Souple, volontaire, inspiré…

L’amour dans une course folle

Oublie les pierres du chemin,

Son vital instrument de bord…

Qui pour marcher doit c’est certain,

Très naturellement…marcher !

L’amour suit un parcours du cœur…

Et du combattant pour certains !

Mais il ne va jamais au pas…

Qu’il suive ou qu’il double le train,

Que d’un bond juste à l’intérieur

Vaincu comme triomphateur,

L’amour se prépare…au départ…

Tant pis ! Je suis son concourant !

Pat le 30/12/14

Publicités

Mes vœux

 

***********En ce jour d’avant Noël, je voudrais moi aussi vous souhaiter mes meilleurs vœux de création artistiques, vous souhaiter beaucoup d’inspiration…pour écrire, dessiner, photographier…remercier ceux qui m’ont lu, commenté et qui ont partagé.

**********Car la création et le partage sont deux tenants de la liberté: la Liberté ce droit très galvaudé que certains cherchent à s’approprier au détriment des autres. Mais la liberté sans l’égalité, sans le respect de l’humain n’est qu’abus de pouvoir et conduit à la dictature. Le libéralisme économique en est déjà l’expression évidente. Sous couvert de cette liberté que nous ne pouvons leur dénier sans compromettre nos propres valeurs, certains potentats financiers s’arrogent le droit de nous contraindre, de nous taxer de nous limiter avec des arguments d’intérêt général que eux ne respecte pas.

**********Sous peu, c’est malheureux, il nous faudra sans doute reprendre les armes, car ces potentats grossissent à l’extrême en avalant sur leur passage jusqu’à notre dignité. Ils tentent de nous rendre impuissants en monopolisant la parole, en nous surveillant en permanence, et en restreignant nos moyens d’action.

**********Serais-je un peu parano? J’espère! Et je ne suis ni sociologue ni économiste mais un simple quidam qui regarde avec attention l’évolution de la société depuis la chute du mur, la disparition de la contradiction politique, l’affaiblissement des consciences, l’impérialisme de la pensée uniforme, et surtout la paupérisation elle grandissante dans le monde engendrant misère et frustrations…

**********Mais partager, voilà ce qui convient pour Noël dans un esprit de fraternité…Ah ces révolutionnaires! ils avaient vraiment pensé à tout!

**********Joyeuses fêtes et beaucoup d’amour!

*****************************************Pat

Prendre le temps d’aimer

Prendre le temps d’aimer

*

Dabord on a tous eu un cœur un peu trop vert,

Mûri le teint hâlé de si bel appétit….

Puis quand la tête a su les rigueurs de l’hiver,

L’amour s’en est allé en dévorant ses fruits !

*

Mais quant à ce nubile, apprenez-lui sibylles !

Ô! Vous qui savez faire, le plus précieux secret !

Comment au feu le fer peut-il cuire l’argile

De son cœur fragile au sentiment qui naît ?

*

J’ai trop aimé l’été avant de dédaigner !

Mordu à pleines dents les pommes du panier !…

Pour au cours du Léthé laissé le jus saigner

De ces désirs ardents que l’homme ne peut nier !

*

Toute la volupté avant que ne s’éteignent

Les foyers brasillants que l’amour jeune attise…

Dans un vieux récipient aux entrailles bréheignes,

La drupe consumée, gâché la friandise…

*

C’est ton choix maintenant mon fils, écoute bien !

Bannis les stratagèmes aux tourments de la faim…

Mais prends d’abordton temps pour qu’au long du chemin,

Ton cœur à tout âge aime, qu’il n’y ait pas de fin !

*

Pat le 22/12/14

La face cachée

La face cachée

*

Sur la face cachée obscure de mon cœur

Terre d’oubli criblée de cratères béants,

J’ai laissé tant et ans de peur et de pudeur

Sous l’envie sottement taire mes sentiments…

*

Je manquais d’oxygène, d’air, de ton odeur…

Et je ne voyais guère…l’aura de ta lumière…

Manqué de kérosène, du plus puissant moteur

Brillant dans l’atmosphère d’une présence claire !

*

Même en apesanteur de ce pressentiment…

Ce que j’aurais pu faire en d’autres circonstances,

Revêtir le bonheur contre l’éloignement

D’une combinaison de courage et de chance…

*

Je ne suis pas sans fautes…un fameux spationaute…

Pour faire le premier pas mais un tendre rêveur,

Un modeste internaute qui ne peut, rimenaute,

Qu’avec un doigt…des pieds seuls toucher ton cœur…

*

Pat le 20/12/14

Frère Noël

bonhomme-de-neige-de-sourire-avec-le-balai-et-l-écharpe-verte-21873306

*

Frère Noël

*

Ce soir il neige…des étoiles !

Et le nez dessous je m’installe,

Sur mon siège, un léger sucrage

Au goût de céleste effeuillage !…

*

Ce soir il neige ! Le silence…

Pose une toile sur les consciences

Oh ! Qu’ai-je encore à vous apprendre

Combien la moëlle d’homme est tendre !

*

Ce soir il neige…des plumes d’ange !

Et le noir au blanc se mélange,

Le gris au beige…Une avalanche

Épaissit lentement mes hanches…

*

Il neige des plumes de colombe !

Assez pour enrober les tombes !

Mais trop tard pour payez le sang

Au volume des innocents !

*

Voilà qu’ il neige à gros flocons,

Des plumes d’aigle…de démon !

Mais je reste en régle, immobile,

BCBG, père tranquille !

*

Car je sais, d’après la coutume,

Qu’importe l’attrait du costume,

Que tel angelot dès la pleige,

Cul dans l’eau je me désagrège !

*

Avant qu’il tombe des enclumes…

Que ne roulent dans l’amertume

Mes boules qu’un printemps allège…

Je fais mon bonhomme de neige !

*

Je balaie les jardins du ciel,

La fameuse écume qui gèle!

Creuse avec vœux et rappels

Un chemin pour mon frère Noël !

*

Ce soir il neige, le vent souffle…

L’écharpe, les gants m’emmitouflent !

Au feu bien ardent de mon cœur

Je fonds déjà de l’intérieur !

*

Pat le 14/12/14