12 arbres, doux arbre…

12 arbres, mon doux arbre…

L‘arbre sur tous étend ses bras,

Protège les affairements

Des hêtres que pudiquement,

Le ciel radieux couvre d’un drap…

 *

Il n’est pas « Mes scieurs » ! de ce bois

Qui réchauffe à peine le corps !…

Vous accompagne dans la mort

Dans un costume trop étroit !…

*

De ces saules qui se désolent…

De voir une amie, Miss érable,

Magnifique, si désirable…

Comme déracinée du sol !…

 *

Que le blizzard vienne à siffler…

Pourvu qu’au chaud, les enfants dorment !…

Si ta voix tremble, se transforme…

Jusqu’à le faire un peu plier….

*

Il boira l’eau de tes ruisseaux

Qui roule sur tes joues de fille….

T‘invitera dans sa charmille…

A récupérer du bouleau !

** 

D‘une autre écorce que le frêne,

Si résistante au bûcheron…

Qu’il lui faut pour un seul tronc

Changer au moins trois fois de chêne

 *

Moins épineuse que l’acacia

Pour faire…avec un bon copin

Sur un lit de mousse…câlin

Chaque fois que tu le voudras…

Depuis cet été orageux…

Sentant en lui la sève sourdre…

Il est d’un violent coup de foudre…

Resté…sous un charme amoureux !

*

                                                          Pat le 31/01/14

 

 

La cour

Pour faire là, court… A ma belle…

*

L‘amour est une grande cour

Que font à genoux les garçons,

En frottant par terre, au chiffon….

Les femmes balaient tous les jours !

*

Pat le 29/01/14

Ibtissem

Ibtissem

*

Resteras-tu ? Partiras-tu ?

En nous privant de la lumière

Que tes grands yeux nous restituent

Mieux que les néons, les verrières ?

*

Tu sèmes ici comme une fleur

Tous les parfums de la beauté…

Sans te douter du grand bonheur

Qu’ont les hommes à les respirer !

*

Dans l’élégance de tes passages

Qui toujours égayent la zone…

Quitte à oublier des usages,

A franchir des lignes jaunes….

*

De chariots bleus en chariots gris….

A chaque fois que l’un s’écoeure,

Ton sourire rend à sa vie

Des palettes d’autres couleurs !

*

Pour tous les charretiers sous le joug…

Qui tirent à force de bras,

Tous les jours pour gagner trois sous

Ces chariots de fer, de bois…

*

Longtemps…Tout le poids de la Terre….

Mais Dieu t’a donné plus de grâces…

Et si te voir leur est offert ,

C‘est pour que tu sois perspicace !

*

Les femmes te jalouseront…

L‘éclat, la fraîcheur de ton teint…

Les hommes se disputeront

L‘honneur de te tenir la main…

*

Mais Méfies-toi, ils te regardent…

Ils ont des poignards, des lames…

Qui perforent la chair…Prends garde !

Plus qu’une autre, ils voudront ton âme !

*

Lors, sauras-tu dans l’avenir,

Mollir leur arme dans tes larmes,

Et la tremper à ton désir,

Exhaler prudemment tes charmes ?

*

Partiras ou partiras pas…

Mais aucun parmi ceux qui t’aiment

Des Amazoniens n’oubliera

Dans son cœur la belle Ibtissem…

*

Pat le 27/01/14

 

 

Je sais…

Rz_31

www.photo-libre.fr

Je sais…

*

*

Je sais chaque matin

Toutes les espérances…

D‘avoir enfin sa chance

Mais qui jamais ne vient !…

*

Je sais tous les chemins,

Les sentiers de travers

Cabossés et pervers

Qu’ont empruntés certains !…

*

Mais je connais ma route,

Il n’y a qu’à la ville…

Les bifurcations viles

Seules que je redoute !…

*

Je m’en écarte peu

Car c’est auprès de toi

Que pour un peu de joie,

Je retrouve mon feu !

*

Je connais la souffrance

De porter un fardeau

Dans la neige ou sous l’eau,

Sur de longues distances !…

*

L‘amour et les épreuves,

J‘en sais aux carrefours,

Tant j’en ai fait le tour

Des choix sans aucune preuve !…

*

Je connais des descentes…

Que sans vouloir on court !…

Qui font craindre aux retours

Les remontées de pentes !…

*

Je sais la délivrance

De se ficher de tout….

Pour passer par le trou

Du bout de l’existence !…

*

Mais je sais que sans toi,

Je ne saurai pas où…

M‘arrêter, aller, saoûl

De mes tristes bois froids !

*

Pat le 27/01/14

 

 

J’avoue

J’avoue…

*

J‘ai lu des mots d’amour si beaux,

De ceux qu’on ne voit pas partout…

Mais des mots vrais qui disent tout,

Offerts comme autant de cadeaux…

*

D‘une inconnue, d’une étrangère…

Que pourtant je n’ai jamais vue !

Mais ses paroles répandues

Répondent tant à mes prières !…

*

Des mots si forts, si sincères !

Qui me donnent encore l’espoir

Qu’il existe bien quelque-part

Des êtres humains sur la terre !

*

Des mots si chauds qui font dedans…

Monter plus haut…lentement cuire,

Se forger au feu du désir…

Mon concupiscent instrument…

Des mots de femme, que je n’ai pu,

Dessus fermer les yeux, dormir,

Dans ce brasier souffrant martyr

Du corps qui réclame son dû !…

*

Est-ce un crime que de répondre

D‘une main ferme à ses écrits ?

Lorsque toute bonne raison

Dans l’incendie se met à fondre ?

*

Lors à ses plaisirs énoncés…

Je me suis mis, un peu honteux,

Complètement nu devant eux…

Comme de sa main…caressé…

*

Pat le 11/01/14

La source des mots

La source des mots

*

Je voudrais tant que ne tarisse

Jamais cette source de mots

Coulant de toi comme un ruisseau

D‘eau claire au jardin des délices !

 *

Je voudrais tant qu’elle retapisse

De mousse le fond de mon cœur

Sur laquelle étendus des heures,

Mes rêves d’émois s’alanguissent !

 *

Le refleurisse de jonquilles,

De narcisses et primevères…

Aux parfums des jours éphémères

Exhalés des lèvres des filles !

*

J‘aimerais tant qu’elle rafraîchisse,

Cette soyeuse et blanche ondine

Plus douce que la paraffine

Mon corps brûlant de sa peau lisse !

Qu’éternellement Adonis

Glisse dans les bras d’Aphrodite…

Et boit, reboit cette eau bénite

Aux moiteurs de son entrecuisse !

*

Pat le 06/01/14