Nature suprême

7720_24_03_07_12_51_14

Nature suprême

*

Devant tant de merveilles révélées, ébahi

Par dessus la mistoufle et la morosité…

En quittant ses pantoufles, splendeurs endormies

Au Printemps se réveille mon amourosité…

*

Que rien ici n’explique, ni lois ni théorèmes…

Les sciences ont des physiques d’apparence vilaine…

Mais ce pouvoir primant de loin tous les barèmes

Découvre pan par pan la nymphe sous la couenne

*

A mes yeux rayonnante, si pleine d’énergie !

Donnant puissante envie, ici mots à mes lettres !

Dont les sensibles sentent en leur sein qu’elle agit…

Pour le don de la vie, quitte à perdre de naître !

*

Des vagues me parcourent en silence le cœur…

De fortes résurgences aux ondes délicieuses

Prennent la consistance ressemblant au bonheur,

Mais n’apporte en leur cours encore une amoureuse…

*

Peu importe hasard ou le divin baroufle !

Tient au vent son lointain discours pour mes esgourdes,

Que le furieux bazar des lâches emmitoufle,

Le cri d’autres humains à leurs oreilles sourdes !

*

Oh ! ce charme indiscret à me couper le souffle !…

Je le célébrerai ! demain…jusqu’au jour où…

Je l’aurai trop aimé ! Et bouche dans mes moufles,

Fini de respirer…soupirer après vous…

*

Pat le 19/04/15

Publicités

12 arbres, doux arbre…

12 arbres, mon doux arbre…

L‘arbre sur tous étend ses bras,

Protège les affairements

Des hêtres que pudiquement,

Le ciel radieux couvre d’un drap…

 *

Il n’est pas « Mes scieurs » ! de ce bois

Qui réchauffe à peine le corps !…

Vous accompagne dans la mort

Dans un costume trop étroit !…

*

De ces saules qui se désolent…

De voir une amie, Miss érable,

Magnifique, si désirable…

Comme déracinée du sol !…

 *

Que le blizzard vienne à siffler…

Pourvu qu’au chaud, les enfants dorment !…

Si ta voix tremble, se transforme…

Jusqu’à le faire un peu plier….

*

Il boira l’eau de tes ruisseaux

Qui roule sur tes joues de fille….

T‘invitera dans sa charmille…

A récupérer du bouleau !

** 

D‘une autre écorce que le frêne,

Si résistante au bûcheron…

Qu’il lui faut pour un seul tronc

Changer au moins trois fois de chêne

 *

Moins épineuse que l’acacia

Pour faire…avec un bon copin

Sur un lit de mousse…câlin

Chaque fois que tu le voudras…

Depuis cet été orageux…

Sentant en lui la sève sourdre…

Il est d’un violent coup de foudre…

Resté…sous un charme amoureux !

*

                                                          Pat le 31/01/14