Embrouille

Cette galerie contient 1 photo.

Embrouille * Grise mine, grise bouille, Le carrosse en citrouille, Tristes de carambouilles, Je t’entends dire : « ouille !», Qui douille, qui dérouille Toi ! dont les yeux se mouillent… Dès que le printemps grouille Que l’automne barbouille… Dis-moi … Lire la suite

Le désert ou la pierre

sy4hapko

Le désert ou la pierre

Le désert éternel

Tente les âmes tristes!

Comme des citadelles…

Royalement sinistres

*

Aux escaliers géants

De dunes ou serpente

La voix seule du vent

Qui siffle et s’y lamente

*

Les meubles ensablés

D’avoir à la poussière

Au temps été poncés

Peu à peu recouverts…

*

Et du ciel tissant,

Les araignées stellaires

Suspendent au néant

Leurs toiles de lumière

*

Le désert et l’absence…

Ont dessiqué la peine

Sur lesquels le silence

En sérénité règne

*

C’est ici que l’Éden

Avait creusé son trou,

Les fantômes se tiennent…

En sustentation floue !

*

Et les beautés du soir

Flamboient entre des flammes

Qui séparent d’un salam

La lumière et le noir

*

Il a planté son trône,

Frappe dans ma poitrine !

En guise de couronne

Le soleil culmine…

*

Plus haut même que les tours

D’un château de Bavière!

Le sable en est la cour

Désagrégée de pierres…

*

Pat le 20/10/16

34b2dad6-5992-1277-2a62-1ae3bafff559

Neuschwanstein (photo Baviere-tourisme.fr)

En pièces

ob_4e1041_120131041600598578

En pièces

*

Sentant la vie qui passe à sa main carniforme,

Il est humain (je pense !)… d’espérer en vivant

Au gré des circonstances, si Dieu le veut, cent ans,

Au moins sauver la face et préserver la forme…

*

Ce rien d’éternité qui m’entraîne à courir

De plus en plus d’espaces, autant qui me dépassent…

A vouloir me combler avide de leur masse,

Avaler les surfaces par devant qui s’étirent…

*

Ne fait de mon besoin qu’infiniment grossir

Ses champs et me conduire jusqu’à l’épuisement,

Pour tomber dans le pire, d’assouvir librement,

Mes plus vils instincts en la passion d’écrire…

*

Ce sentiment sans cesse qui me pousse au delà,

Qui me meut et s’accroît, parfois ainsi s’affaisse…

(Je t’aurais dit pourquoi), se vide puis me laisse

A la ramasse, en pièces, seul, infirme de toi…

*

Pat le 15/10/16

Simplement

Rz_EVENM008

Simplement

*

Aimer c’est bien

Mais s’aimer bien

Plus ou moins…

Ne vaut pas le coup

*

Aimer beaucoup

C’est souvent moins

Qu’aimer sans rien

Du tout au bout !

*

Aimer dit tout

Et n’a besoin

Ni de ta joue

Ni de sa main…

*

Juste aimer ou…

Ses trois mots doux :

Je t’aime, point.

Bisous…câlins

Pat le 07/10/16