Rom-Antique

 

Le roi David

Le roi David

*

Rom-antique

*

Peut-être ont-ils raison ceux qui disent qu’il vaut mieux

Désormais à l’église réserver l’oraison ?

Plutôt que composer de ces vers pompeux

Que jamais ne joueront les moindres orphéons !

*

Aux grandes auteures d’âme, hauteurs qui les clament

De nature plus habiles au sujet délicat…

Qu’à tout premier quidam grossier avec les femmes…

Qui de l’objet subtil ferait un moindre cas !

*

Nombre depuis David ont joué de la fronde,

Du psaltérion, du luth ou Tristan de la harpe…

Célébrant leurs minutes d’ardeurs floribondes…

De la même passion, que debout sur l’escarpe !

*

Serait-il maintenant trop vieux jeu de paraître

Sous de vides balcons à chanter des aubades

D’exposer son penchant au péril des fenêtres

Sans précautions son front à promise cascade ?

*

Peut-être ont-ils raison… différemment perçu ?

Ce pouvoir de l’amour qui pousse à se mouvoir

En toutes occasions vaillant de l’aube ému

Dans l’harmonie du jour jusqu’aux accords du soir.

*

Pat le 11/04/15