Matamores

 

www.photo-libre.fr

MATAMORES

**

Allons proclamer matamores

Sous les flashes des photographes

Cette résurrection des morts!…

Décomposer leur épitaphe!

*

Dansons dessus les pierres tombales!

Que nos pieds comme autant de pioches,

Nos cris, nos chants…crèvent les dalles!

Puisque les prières ricochent!

*

Et tout en battant des timbales!

Devant les rangées alignées

D’aïeux conviés à la cabale

De milliers de gens révoltés!

*

Qu’en sortant de leur caveau sic,

Ces heimatlos, martyrs et saints,

Puissent de haut, bien qu’arthritiques,

Au moins chanter faux nos refrains!

Allons! courageux mes amis!

A Dieu, le ciel principal,

De nos circonstancielles vies

Causer les yeux dans…les étoiles!

*

Pat le 26/02/14

 

 

 

Petit c…

Petit c…

*

Combien d’hommes dotés

Pourtant d’un bon pénis,

Se sont  émus, troublés

Devant un orifice ?

*

Même bien outillés…

Subitement pâlissent…

Ne sachant enfiler

Plus dans un trou…sa vis !…

*

Jusqu’au point d’en rater

Précipités l’abysse…

En croyant tout combler

De leur grand édifice…

*

Combien ont dû sauter…

Au fond du précipice !…

Ou se sont contentés

D’une main salvatrice…

*

Ou restent à pointer

L’hôtesse tentatrice…

Le gouffre sans glisser…

Dedans le tournevis…

*

Commencent à douter…

Se mettent au supplice !…

Dans cette obscurité,

De quoi les femmes jouissent ?

*

Car ils n’ont pas trouvé

Caché dans l’interstice…

D’une peau retroussée

Ce bouton de malice…

*

Plein d’électricité…

Ce petit…clitoris !

Qui peut tout éclairer

De son feu d’artifice….

*

Rz_EVENM004

www.photo-libre.fr

Pat le 17/02/14

 

 

 

 

 

 

Maintenant

Maintenant

*

Il a peur, si peur maintenant…

De ne pouvoir la soutenir,

De ne pouvoir sa main tenir

Dans la sienne chaude longtemps…

*

Aussi…de ne plus posséder…

Désormais ni… appartenir !

En fait de ne plus y tenir

Aussi fort que par le passé…

*

De n’obtenir plus maintenant

Dans la corbeille de ses mains

Ces merveilles…tombés les seins

Que plus aucun désir ne tend !…

*

Qu’il ne soit simplement plus temps….

Que d’oublier le souvenir

Même…A force de s’abstenir…

Et fabuler au bon vieux temps !

*

Il a peur, il craint de partir…

Trop loin ! comme une autre impuissance

Piquée, regonflée d’impatience

Que chaque matin fait grossir…

*

Au fond, de ne plus contenir

En lui toute cette existence

Emprisonnée dans le silence

Qui voudrait maintenant sortir !…

*

Qu’une seule vie à détenir

Autant d’amour ne comble pas….

Qu’il faudrait entre d’autres bras

Incessamment l’entretenir !

*

Pat le 15/02/14