Bucarest à Venise

Parce que tous les blogs sont la voix d’un être sensible:

Bucarest à Venise

*

Allons donc Messieurs Dames, que pourrait un poète

Rêveur qui voyage sans sa chère valise ?…

Attendre sur sa page, qu’un tiers le dévalise ?

Ou destiner son âme aux sombres oubliettes ?

*

Un coffre au for de ceux qui jamais ne partagent…

Pas plus qu’ils n’aimeront autant que ceux qui lisent !

Ou gardent pudibonds dans un coin de remise

Le magot poussiéreux de leur précieux bagage !…

*

Et s’il plaisait au ciel un jour que je conduise,

Emmenant Messieurs Dame Bucarest à Venise,

Moi qui suis de Paname, faut-il que je traduise ?…

Je m’en vais avec elle (emportant ma valise) !

*

Pat le 21/09/16

Envolée

2009-03-08lesmots03

Envolée

Dans l’amitié les mots s’envolent

Que je lis par cœur en l’esprit…

Dans l’amour les mots s’envolent…

Que je lie le cœur à l’esprit…

Pat le 18/09/16

J’espère

J’espère

Je puis extraire des jours

L’aimable jus de mots…

Te servir en des vers

Le ferment de mes pieds,

De ma vie distillée,

Légère sans grumeaux…

Pour trinquer à… ‘J’espère’

Toi ! mon frère jumeau,

Boire de ton amour

Aussi un cru nouveau…

Pat le 13/09/16

Petite ombre

Ainsi soit-il donc lui dit-il!

Mn_14

Petite ombre

Elle est petite, prête à sourire…

Et pour quitter cet âge tendre,

Sur terre elle n’aura sans courir

Qu’à laisser son ombre s’étendre…

*

Pour sauter le pas de l’enfance

Tout aussi silencieusement,

Qu’à suivre les ébranlements

D’un corps à la vie qui s’élance,

*

Et s’en va magnifier l’adulte!

Brillante à dresser sur les murs

Avant le temps de la culbute…

La majesté de sa posture…

*

Jusqu’au soir au fond d’une impasse

A l’innocence revenue,

Où derrière elle confondue

L’ombre se remplit de sa trace…

*

Pat le 23/08/16

Pour les yeux d’une femme

maquillage-yeux-bleu-electrique-10467008ghlso

Pour les yeux d’une femme

*

Je ne peux dérober

Rien des yeux d’une femme

Qu’elle ne m’en ait donné

La hauteur de sa flamme,

*

De sa vie m’emparer

Sans qu’elle m’en ait d’abord

De son aura paré

Comme un jour de l’aurore,

*

De son corps, de son âme

Qu’unis en même lieu

Lie de secrètes trames

Un accord merveilleux,

*

Pour m’en approprier

Impunément la gloire

Quand je ne sais prier

Qu’aux lueurs d’un bougeoir,

·

Son cœur m’accaparer

Puisqu’il est impossible

De pouvoir séparer

L’air du combustible

*

Sans nuire à ce regard

Qui n’est que de moitié

Jamais en plus de parts

Autrement partagé

*

Brûlant comme le feu

Qui consume l’histoire

Que la grâce de Dieu

Me soit donner de voir !

*

Pat le 04/09/16