Message à Lady Elle

Message à Lady Elle

*

Je n’étais qu’une lettre écrasée par les pages

Dans des mots répandus sous les déshabillages,

Les regards d’inconnus plus ou moins de passage

Dans l’espoir d’apparaître…docile à leur ouvrage…

*

Mais voilà qu’en symbiose avec l’apprentissage,

Je suis promue félibre désormais de mes drames,

Libérée de ces scribes et… j’en connais des sages !

Sans bien compter qui causent… du mal et qui m’enflamment !

*

Une figure de style, en l’hommage des femmes…

Une chorégraphie pure et belle à mon âme,

Légère pour le prix supportable de grammes

Au fur et à mesure que je deviens une Dame…

*

Et sous la couverture… de mon nouveau programme…

Un message de lui… que j’aime m’encourage

Disant : « tu es ma vie », tout ce que je réclame !

Lier en mon écriture la hampe et le jambage.

*

Pat le 22/10/15

*

J’éclaircis un peu ce poème qui répond à une promesse que j’ai faite, il y a déjà quelques temps…

Que la personne me pardonne mais j’avoue avoir peiné à exprimer ma pensée de façon synthétique par rapport à l’immensité du sujet que représentent les relations entre les femmes et les hommes, la considération, l’amour, le sexe…Il y a tant à dire…

Alors j’ajouterais encore (et d’après moi seulement), que tout ce que je lis et entend sur le sujet de l’évolution de ces relations…me paraît relever souvent de la fantaisie plus que de la réalité afin de satisfaire le système commercial en éveillant la curiosité naturelle et réciproque des deux sexes de façon à vendre, parfois de façon malsaine. La réalité pour moi est que la condition féminine a évolué et tant mieux ! grâce à l’éducation surtout (féminine et masculine) et la femme aujourd’hui me paraît assumer plutôt bien une féminité admirable (je parle en général) et parvient bien à l’associer à des qualités de responsabilité et d’autorité…

L’homme lui, je crois, n’a guère changé malgré les pressions sur son image et sa façon d’être et de penser. Je ne pense pas qu’il soit inquiet pour sa virilité ou l’exercice de son pouvoir. Il regarde simplement un peu curieux et amusé l’évolution des femmes, jusqu’où pourront-elles aller avec prudence ou provocation. (la première solution me semble préférable car ne nous trompons pas, les restrictions récentes aux droits des femmes dans certains pays, montrent que la situation reste toujours fragile). Au bout du compte, la force physique de l’homme peut toujours s’imposer de façon brutale et réduire à néant des années de progrès social. Alors oui, prudence, et évolution par la négociation et le droit…puisque les hommes dans l’ensemble reconnaissent en occident (officiellement ) le droit des femmes à l’égalité et que des lois en sont garants.

Beaucoup des femmes que je connais d’ailleurs ne cherchent pas à rivaliser par la compétition, ou à s’imposer systématiquement pour des fonctions de pouvoir…et je les considère assez subtiles pour trouver d’autres voies que celles qu’empruntent les hommes pour parvenir à leurs fins (toujours selon ma vision personnelle).

D’ailleurs à quoi bon espérer d’elles qu’elles fournissent d’autres réponses et d’autres idées…pour faire avancer le monde si c’est pour tomber dans les mêmes travers…

Pourtant la dessus je n’ai guère d’illusions. Je ne pense pas que leurs qualités (dites) séculaires (l’amour, la sensibilité, l’intuition..etc…) ouvriront davantage de portes à l’humanité, pourvu qu’elles leur en ouvrent à elles de façon à coexister avec l’homme en toute juste égalité.

Parce que ces qualités que j’évoque me paraissent en vérité assez diversement partagées tant par la femme que par l’homme. Même si la femme bien entendu de par la maternité possède quelques spécificités bien propres, portant l’enfant, donnant la vie. Mais y voir trop de différences conduit inévitablement à se reposer la question préalable de la supériorité de l’un sur l’autre dans certains domaines.

Inévitablement, je reconnais que si les caractères sexuels propres à chacun conditionnent aussi la psychologie des personnes, l’homme sera plus agressif, plus dominateur sous l’effet de la testostérone par exemple, la femme elle cherchera à se protéger, à adopter des conduites prudentes face à lui, ou encore se montrera plus responsable dans ses actes compte tenu de son implication plus directe dans le processus de la reproduction…En revanche nombre de qualités (où défauts) fréquemment associés à un sexe me paraît relever plus de l’influence de l’acquis que de l’inné comme je l’ai déjà dit, pour des raisons aussi de coquinerie, de séduction dans le jeu humain si essentiel de recherche de l’amour où chacun veut se différencier ou se rassurer sur sa propre identité, posséder son jardin secret dont on ouvre la porte qu’à son gré, précautionneusement…

Serait-il plus difficile de rencontrer l’amour aujourd’hui qu’hier ? Oui et non ! L’autonomie de la femme a certainement changé la donne, rendant les rencontres d’un soir plus plausibles, mais quant au grand amour qui dure toute la vie, je dirais que le choix et la liberté, mutuels, complexifient des relations et troublent les certitudes. Cela plus à mon avis au détriment de la femme qui a besoin de protection surtout lorsqu’elle est en charge d’enfants…

Mais le grand amour a t-il encore un avenir ? Sur cette question, je fais la réponse la plus personnelle de ce post : Je pense que non mais de façon optimiste et sans être membre d’aucun mouvement religieux ni philosophique.

Pendant des générations et encore aujourd’hui, l’amour a été un objectif primordial de la vie des êtres pour d’un côté assurer une descendance, d’un autre côté se positionner socialement ou encore pour accéder au plaisir voir au bonheur.

Pourtant après tant d’expériences vécues, des romans fleuves, des films et des rêves à n’en plus conter…Il s’avère que si l’amour est cette « chose » magnifique, il se révèle aussi plutôt sectaire, injuste, et décevant pour ceux qui n’ont que peu ou pas connu certains aspects de ses largesses…

Parce que l’amour n’est pas le but…Il n’est que le chemin par lequel un humain grandit. Il reste en nos jours fondamental en ce qu’il est aussi sans doute un dernier terrain de conquête pour l’homme avide. Mais je formule l’espoir que cela cesse.

Déjà la reproduction peut se faire en dehors de toute relation sexuelle et cette évolution continuera probablement…Déjà nous pouvons évoluer dans un monde virtuel ou artificiel en progrès dont certains se contentent pour exister. Et si demain nous ne vieillissions plus ? Nous n’aurions plus besoin d’amour pour gagner en maturité ni de nous reproduire…

L’amour est le chemin au bout duquel je crois certains sages ont trouvé le vrai bonheur…Appelons le : félicité, extase ou nirvana…Même l’amour sensuel, si doux, n’en serait que l’expression trop éphémère…

L’homme et la femme alors ne feront qu’un…identiques en tous points.

En attendant je vous en souhaite beaucoup.

Publicités