Révolution

Un nouveau challenge proposé par Dom: https://domdomblabla.wordpress.com/ avec pour thème « Les deux faces du cœur ».

J’attends avec impatience sa proposition et celle de Cécile: https://cecilevalentine.wordpress.com/ car pour ma part je n’ai pas été très inspiré par le double face qui sans doute ne doit pas « coller » avec le mien… Mais je ne me dérobe pas à Gémini cricket et je propose un texte basé sur l’évolution ou la révolution de l’organe moteur avec le temps, ce qui peut-être quelque part répondra un chouya à l’objectif….sinon, je suis hors sujet et j’aurai une mauvaise note. Snif !…

Mais quand même…Joyeuses Pâques à toutes et à tous ! avec une pensée particulière pour nos amis Ukrainiens qui ne verront pas le printemps cette année sous le même soleil que nous.

Révolution

*

Le cœur est grand, le cœur est creux,

Bien assez pour le monde et Dieu,

Les amoureux qui s’y voient deux,

Plus loin que ne peuvent leurs yeux…

*

Au temps simple des sérénades,

Au but de s’offrir des parades…

De choisir un côté de lit

Qui devient celui d’une vie…

*

Le cœur gonflé comme un ballon,

Rond de souffle, d’inspiration,

Choisissent les plus rebondies

Des parties pour… l’acrobatie…

*

Qu’importe le gazon qu’il broute,

Les coups manqués, les mauvais shoots…

La vie sous toutes ses coutures

Tâte du cuir à l’ébrasure…

*

Ces moments d’accélération

À goûter dans les contractions

Du pouls brusquement qui s’affole

Le sacre de la cabriole !….

*

Mais la roue tourne, le temps passe !

L’amour s’enfouit, la pile remplace…

D’écorchures en hémorragies,

Dans le placard où tu l’as mis !

*

Le palpitant perd son fluide,

Hante l’hôte dans son lit vide,

Plat et fade comme une hostie,

Une tranche de jambon cuit…

*

Quoi que l’on pense, dise, fasse,

Nos atermoiements, Nos grimaces…

Sont autant de peines perdues

Qui n’affermissent plus le nu !

*

Mais sait-on jamais qui décide

De nos amertumes, acides ?

Ni comment au moins ralentir

La décrépitude à s’aigrir ?

*

Et qu’un jour ton cœur s’oublie…

Pour une tranche de pain de mie

Plus moelleuse et sa marmelade…

Je n’en blâme pas la foucade ;

*

Car il faut guetter sur la terre

Parmi les splendeurs éphémères

Les restes charmants du vieux monde !

Et puis, passer son tour de ronde.

*

Pat le 18 avril 2022

Publicité

10 réflexions sur “Révolution

  1. Tu es trop modeste, c’est du grand « Pat » que tu nous sert en dessert 🙂
    J’aime beaucoup la façon dont tu as traité le sujet, avec talent et cœur. J’avoue que le truc du « Plat et fade… comme une tranche de jambon cuit », je ne l’avais pas vu venir ! Ha haha ! Merci pour ce rire !
    Je t’embrasse fort fort et te souhaite une belle semaine !

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.