L’épié

L’épié

*

Dans l’herbe haute, Sur les pelouses,

En évitant quand même les bouses…

S’asseoir, se déshabiller,

Ôter l’étoffe, prendre son pied…

*

Ou sur le premier banc venu…

Après avoir trop marché, nu

Sans le tissu moite de suée…

Laisser la brise nous soigner…

*

Sur le tapis de l’ascenseur…

Si le regard réprobateur

D’un censeur surgit, ringard !

S’en ficher, prendre son panard !

*

Et dans le sable fin des dunes

De Stella plage ou de Brédune

D’une rude fin de journée

Se soulager, prendre son pied !

*

Peu importe celui qui masse…

Pour un instant divin, de grâce

Aux portes de la volupté…

Quand il passe, prendre son pied !

*

Tout seul, à deux en amoureux…

Si vous pensez encore à mieux…

Qu’en plus de nombreux doigts subtils

Un outil pourrait être utile…

*

Il n’est peut-être pas illustre…

Celui sans la lumière des lustres

Qui dans la nuit sombre se cache,

Voit les étoiles comme des flashes !

*

Et paierait pour la rosée fraîche

Ou la paille de grange sèche…

Pour que se déforme la route

Jusqu’au pied conforme à la voûte !

*

A se tortiller, s’estropier…

Même en s’y prenant comme un pied

Sur la banquette d’une auto…

Mais prendre son pied… en photo !

*

Pat le 17/06/15

5f2a325399dee94358926ed14d9b157c

Publicités

4 réflexions sur “L’épié

  1. Effectivement! En décidant de rendre ma composition publique, je prends le risque d’être traité de « petite pointure » mais comme je n’ai pas…la grosse tête…j’accepte la critique et l’humour…bien senti. Merci.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s