A la bonne heure…

J’aurais voulu dire tant cette semaine de ce que j’ai vécu, pour cet ami qui heureusement s’en est sorti. Je suis fier de l’avoir aidé à sauver sa vie tout en étant atterré du peu de valeur que certains donnent à leur existence quand d’autres se croient tout permis, du manque d’équilibre, de la dureté du monde dans lequel quelque uns d’entre nous se trouvent réellement ou se croient projetés.

A t-on le droit de se suicider lorsqu’on est un homme jeune et bien portant ? Simplement parce qu’à un moment tout va mal dans sa vie ? Je ne crois pas et c’est dans ce sens que j’écris. Donnez moi s’il vous plaît, votre avis ….

NUAGE010

A la bonne heure…

*

Si tu frappes à sa porte, elle ne t’ouvrira pas !

Aux bien portants, curieux, la mort sonne le creux !

Et tu dois vivre vieux pour amasser les droits

D’entrée, en quelque sorte payer pour ses beaux yeux !

*

Tenter de l’émouvoir, même furieux, honnête !

Afin qu’elle sache l’avide ! ta fortune et ta gloire

Combler un peu son vide des trésors de ta tête

Quand viendra ton devoir de conter tes mémoires !

*

Après cent ans de dèche ! mais pas avant surtout…

Au bout de cette corde dont tu t’es harnaché

Le cou miséricorde ! pour sauter dans le trou

En avant tête-bêche comme pour la défoncer !

*

Puisqu’elle ne t’aime pas ! Tu es son amuse-gueule !

Et ce que tu quémandes à l’esprit, insensé !

Quand tant portent leur croix maudissant d’être seules !

Aucune qui t’attende crois-le ! de son côté !

*

C’est à nous seulement que tu voudrais laisser

Cette infinie tristesse du double manquement ?

L’horrible sentiment, de n’être pas assez…

Venus vers ta détresse quand nous avions le temps ?

*

Jusque dans la fournaise, la mort reste de bois,

Close à notre souffrance, quelle que soit la douleur

Pour elle n’est qu’une braise qui fuse et s’éteindra,

Notre brève existence, parfaitement à l’heure…

*

Inutile de geindre ou de vouloir éteindre

En larmes l’étincelle que seul peut le père

Et nul autre contraindre à force pour le moindre,

Les clés dit-on du ciel dans les mains de Saint-Pierre !

*

Puisqu’à cette exigence sont suspendues nos vies…

Il t’appartient d’étendre en oubliant la peur

Ton heureuse présence au foyer bien nourri,

D’éparpiller les cendres du brasier de son cœur !

*

Tu dois vivre tes jours !… Même coûte que coûte !

Le regard d’une femme, le sourire d’un d’enfant…

Feront grandir ton âme, se remplir goutte à goutte

Ce récipient d’amour, d’un précieux carburant !

*

Pat le 24/05/15

Publicités

Une réflexion sur “A la bonne heure…

  1. Je ne porterai pas de jugement, à savoir si c’est un acte de courage que d’affronter Madame la Mort en face à face, ou au contraire un acte de lâcheté que de ne pas surmonter les difficultés que la Vie nous inflige. C’est avant tout un acte de désespoir, lorsque tous les appels au secours sont restés sans réponse ou sans effet.
    Après tout, tuer des innocents et bien plus odieux que de se tuer soi-même !

    Ceci dit, tes mots sont imprégnés de lucidité et de qualités de cœur, Pat.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s