Bordée d’amour

Je me suis dit en écrivant ce poème que, peut-être aussi, l’âme était plus grande que le corps et que pour cette raison on ne l’a jamais trouvée. Nous ne recherchons pas au bon endroit. Qu’en pensez-vous ? Oui, je sais, tout cela n’est pas très rationnel…M’en fous…Il y a sûrement quelqu’un que cela intéresse…Non ?

Bordée d’amour

*

Combien de mels, combien de lettres,

De moments les yeux dans les yeux

Nous faut-il pour bien paraître

Au panel des amoureux ?

*

Du bord dévorant de nos lèvres,

Domptée l’approche carnivore

Enflammée de cœurs que la fièvre

Gonfle et tend dedans vers dehors…

*

Dominée la force lascive,

Oppressive qu’à peine encore…

Contient cette boule explosive

D’âme à l’intérieur, le corps !

*

Face à face avec un destin,

Choisissant alors de s’y mettre…

L’un dans l’autre pour ne faire qu’un,

Chacun d’à moitié disparaître !…

*

Pour se libérer de vieux maîtres

Auxquels l’humanité tient…

Mais devenir sans être traître,

Soi-même son propre souverain !

*

Se délivrer de ces instincts,

Je te regarde, tu me guettes…

Afin qu’en tout honneur et bien

Nos deux affinités s’acceptent !

*

Et savourent cet instant saint,

Cet instant unique et trop court…

Où le désir monte…à l’emplein

D’une première bordée d’amour !

*

Pat le 14/03/15

14 réflexions sur “Bordée d’amour

  1. l’osmose est à la couleur de ce bouquet d’Amour….
    Rose,
    une Conscience
    sur la fragilité de la Fleur,
    la complexité de la complémentarité,
    aussi prudente, et vertueuse,
    offre une belle proximité de belle qualité,
    où la douceur du parfum mène bien son chemin…. 🙂

    J'aime

  2. Oui, en effet Pat : contrairement à la chair, le cœur n’a pas besoin de soleil pour se tenir au chaud… Mais il faut avoir aimé, pour le savoir !
    Comme tu dis, deux affinités s’acceptent et laissent grandir la flamme, cette flamme qui parle directement à l’âme, avec une voix qui évoque l’espérance et l’amour.
    Amical salut

    J'aime

    • Trop beau ton com. L’amour a encore de bon serviteurs, il est le meilleur maître. Dommage que bien qu’il soit assez riche pour racheter l’humanité…certains cœurs s’obstinent…

      J'aime

    • Bonjour Libellule. Merci de passer voleter dans mon intimité.
      C’est ça le paradoxe de l’amour, à la fois si complaisant, si humain et parfois si bestial et entre les deux le couple essaye de lui trouver sa place acceptable pour les deux.

      J'aime

  3. L’amour est partout. Il volète, dépose ses ailes, borde d’un baiser des lassitudes parfois trop lourdes à porter. Suffit pas d’attendre. Faut s’ouvrir, se laisser emporter, ouvrir tous nos yeux, même ceux que l’on ne pense pas avoir.
    Je ne sais pas si c’est clair, mais moi je me comprends. C’est déjà ça 🙂
    Je vais relire ton poème. C’est certain. Un seul passage ce n’est pas assez !
    Plein de bonnes choses à toi et Biz de Dom.
    A bientôt, Pat !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.